Badara Ngom et la décharge

Par Luca Rimoldi[1] |  Image : Fabrice Monteiro

Une réflexion anthropologique sur les déchets de Mbeubeuss, Sénégal.

En s’appuyant sur le temps long de son travail de terrain anthropologique au Sénégal, Luca Rimoldi nous introduit dans l’univers social de Mbeubeuss, la plus grande décharge d’Afrique de l’Ouest. En suivant la trajectoire de vie de Badara, un « récupérateur » travaillant dans la décharge, le chercheur se propose d’interroger la complexité du tissu social constitué autour des déchets et la manière dont leur usage participe à la reformulation des dynamiques sociales.

Mbeubeuss est la décharge de Dakar, qui s’étend sur environ 86 hectares. Elle occupe l’espace d’un lac salé desséché du même nom. Inaugurée à la fin des années 1960, elle se trouve à une trentaine de kilomètres du centre de la capitale sénégalaise. L’espace de la décharge a été absorbé par l’urbanisation des municipalités de Malika et Keur Massar, de l’arrondissement de Pikine.

Chaque jour, des centaines de camions déversent des tonnes de déchets solides indifférenciés dans des zones allouées de la décharge, dont la localisation change selon la saison. Mbeubeuss est une décharge « sauvage » : l’absence de murs périmétraux permet à quiconque d’y accéder – à pied – sans passer par l’entrée principale, où passent les camions qui ont accès au site. Des centaines de personnes évoluent quotidiennement dans ce lieu qui expose, et qui cache à la fois les vies de ceux qui y travaillent et y habitent. Les géographies sociales et économiques de Mbeubeuss changent constamment, rythmées par les journées de travail, l’alternance des saisons sèches et pluvieuses, sans compter les éventuelles catastrophes, incendies et inondations.

Ici, on trouve du travail, même s’il est informel. Hommes, femmes, enfants du Sénégal – de tous groupes ethniques – mais aussi de Guinée, de Guinée-Bissau et d’Afrique du Nord y travaillent. Tous ont affaire aux déchets (ne serait-ce que par le contact physique direct), mais tous ne sont pas des récupérateurs de déchets. La stratification sociale qui s’est formée iciest complexe. À côté des récupérateurs, il existe différentes figures du marché informel : le boroom-pàkk[2], le boroom-charrette[3], les commerçants et les restaurateurs – mais aussi les agriculteurs et les éleveurs de vaches et de cochons, pour en citer quelques-uns. Les récupérateurs et les récupératrices de Mbeubeuss sont nommés boudioumane, ils s’appellent ainsi entre eux en blaguant au cours des leurs interactions quotidiennes. Le terme, péjoratif, indique en langue Wolof l’action de fouiller la terre parmi les déchets à la recherche de quelque chose.

Deux sites permanents ont été construits dans l’enceinte de la décharge où s’organisent trois groupes de travailleurs différents : un premier groupe situé à Gouye-gui, un deuxième à Baol(appelé Baol-baol) et un dernier sur le chemin qui relie l’entrée de la décharge à Gouye-gui(appelé Abord)[4]. Pendant la saison sèche, dès les premières heures du jour, des centaines de personnes se dirigent vers le Kawedial, la plus grande plateforme de déversement de déchets.

2

Faire un terrain anthropologique à Mbeubeuss ne pouvait pas se limiter à quelques entretiens semi-structurés, ni à l’observation de loin des pratiques, agrémentés de quelques conversations aléatoires. Pendant environ huit mois, avec des coupures, de 2016 à 2018, j’ai expérimenté en personne le travail de récupérateur (góóru-góórlu[5]), puis celui d’acheteur de plastique[6]. J’ai rencontré Badara Ngom[7]au cours de mon terrain. Badara a un peu plus de trente ans et il est arrivé à la décharge de Mbeubeuss il y a plus de dix ans. Né près de la ville sainte de Touba (dans la région de Diourbel) et d’origine Sérère, il avait rejoint son frère aîné à Dakar dans l’espoir de trouver un emploi stable dans la capitale. Sans succès, malgré son expérience. Il raconte être arrivé à Mbeubeuss presque par hasard, comme cela arrive à beaucoup d’autres de ses concitoyens employés en tant que récupérateurs informels dans la décharge. Son frère aîné lui avait suggéré de s’y rendre, comme lui, à son arrivée dans la capitale.

Tous les récupérateurs n’ont pas choisi de travailler dans la décharge : leur activité est considérée comme le résultat d’événements malheureux et de vicissitudes de la vie. Beaucoup de migrants internes dans le pays affirment que leur activité est cachée à leurs familles d’origine. Un sentiment de honte et d’échec imprègne les histoires de certains récupérateurs. Pour d’autres, cependant, la situation est différente : on trouve parfois des couples, mari et femme qui travaillent dans la décharge – dans de nombreux cas avec des rôles différents. Les déchets permettent à Badara de gagner assez d’argent pour subvenir aux besoins de sa famille qui, après la mort récente de sa mère et de son frère aîné en 2017, comprend sa femme, ses trois enfants, son frère et sa sœur – plus jeunes que lui. Pour Badara, comme pour beaucoup d’autres travailleurs de la décharge, les déchets ont une profonde signification, Mbeubeuss est le lieu où se fait leur vie.

La trajectoire professionnelle de Badara Ngom semblesingulière faceà celle des autres travailleurs. Il affirme n’avoir jamais considéré son travail comme une question de survie. Il est charismatique et il a un bon niveau d’éducation. Il aime souvent rappeler qu’il a étudié dans une mission catholique. C’est grâce à cela qu’il parle bien français et connaît la Bible et le Coran. Auparavant, il avait passé environ quatre ans en tant que récupérateur au Kawedial, où il a commencé à travailler avec l’association Bokk Diom. C’est généralement à lui que sont confiés ceux qui ont l’intention de visiter la décharge, qu’il s’agisse de chercheurs, de coopérants ou de visiteurs occasionnels – journalistes ou représentants de diverses institutions locales et internationales-. Cette double perspective – travailleur informel et « guide » – contribue à rendre sa présence particulièrement significative dans les rues de Mbeubeuss.

Badara est passé par différentes positionsau fil des années, pour finalement aboutir à des conditions de travail sensiblement meilleures aujourd’hui: il achète du plastique auprès des récupérateurs et des grossistes pour le revendre à l’une des trois usines chinoises quiont été bâties auxfrontières sud-ouest et nord-est de la décharge. « Si les déchets sont capables d’affirmer ou de nier un certain ordre social (Douglas, 1996) », le cas de Mbeubeuss nous montre comment un véritable univers social peut se construire autour de la présence et de l’usage des déchets produit par la ville.

Dans l’une de nos premières conversations, Badara a souligné à plusieurs reprises comment le travail du récupérateur peut paraître simple et immédiat : le camion arrive, dépose les déchets et parmi eux on choisit les meilleurs. Mais ce ne sont pas seulement les “meilleurs” déchets qui peuvent être revendus aux semi-grossistes ou aux grossistes à un prix élevé. D’autres facteurs peuvent rendre tels types de déchets “meilleurs” pour certains, et médiocrespour d’autres[8].

Se souvenant de son premier jour dans la décharge, Badara m’a dit qu’il avait passé beaucoup de temps à observer le travail des récupérateurs avant de véritablement commencer à travailler ; mais c’est surtout grâce à l’expérience qu’il a commencé à comprendre pleinement comment optimiser son temps en maximisant les gains possibles : « Au début je prenais tout ce que je trouvais, je ne faisais aucune sélection… je récoltais aussi des choses que je n’aurais jamais pu revendre, puisque je pensais : plus je ramasse, plus je gagne. Mar Kital [le récupérateur auquel Badara avait été référé par son frère] devait toujours vérifier mes sacs et faire la sélection pour moi ». Depuis quelques années, il a réussi à louer une chambre dans une grande maison située à côté du terminus de la station de bus de Keur Massar, ce qui lui permet d’éviter de passer la nuit dans la décharge. Son travail commence tôt le matin et se termine au coucher du soleil. Après avoir pris son petit-déjeuner dans la cabane d’une restauratrice à côté de l’entrée principale de la décharge, il se dirige versune tente (mbar)tout près de l’entrée de l’unité industrielle chinoise pour laquelle il travaille.

Comme pour tous les autres travailleurs informels de la décharge, ses débuts et sesfins de journée sont rythmés par le changement de vêtements, la récupération et le stockage des outilsqui caractérisent chaquecorps de métier(un lonku– crochet en fer à pointe – dans le cas des récupérateurs). Les vêtements sont généralement stockés dans des sacs en plastique, fermés et laissés dans le mbar. Les « uniformes » de travail consistent habituellement en plusieurs couches de vêtements récupérés dans la décharge. Dans le mbar, Badara s’habille avec son « uniforme » et il prend en main un gros bâton en bois auquel pend une petite balance bleue. Il porte toujours avec lui un sac à bandoulière dans lequel il garde un cahier, un stylo, une calculatrice et une quantité discrète d’argent en pièces ou en petites coupures (500, 1.000, 2.000 FCFA). En se déplaçant entre Gouye-guiet Baol, bâton sur l’épaule, Badara crie le nom des matériaux qu’il veut acheter : polyéthylène (PE), polypropylène (PP) ou polyéthylène téréphtalate (PET). Lorsque Badara est hélé par un vendeur, son travail consiste à peser le plastique. La marchandise est placée dans une moustiquaire, accrochée à la balance.Badara et le vendeur soulèvent le tout sur leur tête grâce au bâton, pour faciliter la vérification du poids de la marchandise. Il inscrit le poids de la vente quotidienne sur une page de son cahier, puis il calcule le prix et paie le vendeur. La moustiquaire contenant le plastique est laissée au vendeur. Lorsqu’il aura atteint une certaine quantité (2 ou 3 tonnes) au fil des ventes, Badara pourra retourner chercher les moustiquaires remplies qu’il a achetées auparavant pour les emmener, à bord d’un camion, à l’usine chinoise. Là, il pourra les revendre pour un peu plus du double du prix d’achat.

Badara ne sait pas exactement ce que devient le plastique qu’il vend aux Chinois. Le plastique récupéré et vendu réacquiert une valeur marchande, mais sa valeur d’usage reste cachée dans les maillons des chaînes du marché transnational. En revanche, beaucoup d’autres objets suivent des chemins plus facilement traçables : les sacs à dos par exemple, après avoir été cousus dans certains pàkk[9], sont revendus aux marchés locaux, ainsi que les vêtements ; les restes de nourriture quant à eux sont revendus en tant queforages pour les animaux élevés dans la décharge et dans les zones limitrophes.

3

La gestion locale et étatique des déchets, parfois approximative, a permis à des centaines d’hommes et de femmes de gagner leur vie à travers un bricolage social et économique. Mais cette matière même des déchets qui fabrique du social est aussi une source de danger concret. Le travail à Mbeubeuss expose les individus à des risques de contamination (tant des corps que de l’environnement) visibles ou pas. Sans compter les nombreux accidents qui impliquent personnes, camions et chariots qui parcourent chaque jour des ruelles étroites, souvent envahies par des déchets métalliques en attente d’être écrasés par les roues d’un poids lourd. Sur le corps de Badara, les traces de ces dangers sont visibles : « Regarde ici, m’a-t-il dit un jour, levant la manche de sa tunique de travail et m’indiquant une cicatrice sur son bras, je me la suis faite ici, dans la décharge, une nuit avec une télévision ».

« Quand vous passez la journée ici, même si vous ne faites rien, vous êtes fatigué… », m’a-t-il dit pendant une pause. Selon lui, les routes escarpées, composées de sable et de déchets, la fumée dégagée par les déchets enflammés et la poussière soulevée par le vent contribuent à rendre l’environnement contaminé, et les travaux liés au traitement informel de déchets à Mbeubeuss, tout au moins hasardeux.

Les objets construisent dialectiquement des formes d’humanité (Miller, 2009). Les déchets de Mbeubeuss ont également un caractère anthropo-poïétique. Ils ne participent pas seulement à la construction de la catégorie sociale du boudioumanede la décharge, mais à la production des distinctions de genre et d’âge : le même objet peut acquérir une valeur différente s’il est récupéré par un homme, une femme ou un enfant. Puisque tous les déchets récupérés ne peuvent pas être vendus directement, leur semi-traitement contribue à créer les temps et les espaces de Mbeubeuss. Par exemple, ce n’est que lorsque le prix des métaux augmente que les récupérateurs brûlent les pneus récupérés pour obtenir les fils métalliques.

Les déchets de Mbeubeuss ont transformé et socialisé un lieu. La décharge est devenue un pôle d’attraction, elle a contribué à l’urbanisation et à la croissance de la population des zones alentours ; la présence de déchets indifférenciés et la persistance de ces modèles de gestion a attiré l’attention de divers organismes nationaux et internationaux. Interrogé à propos de ses souhaits pour l’avenir, Badara affirme vouloir continuer à travailler à Mbeubeuss. Mais, comme beaucoup de ses collègues, il se plaint de l’absence d’une reconnaissance officielle de son travail, ce qui aggrave sa précarité professionnelle et rend plus difficile la prise en charge de sa famille. Plusieurs propositions ont été avancées pour améliorer la situation de Mbeubeuss et de ses travailleurs : du déplacement de la décharge vers un autre endroit, à la formation d’une coopérative de récupérateurs qui aurait pu prendre en charge légitimement la gestion des déchets. Mais Aucune de ces propositions ne semble pouvoir modifier de manière structurelle les dynamiques sociales de la déchargequi se meut à son rythme, en s’empilant, en se triant, en travaillant avec ceux qui y vivent.

[1]Università degli Studi di Milano-Bicocca

[2]Commerçant, grossiste (litt. patron d’un pàkk).

[3]Propriétaire d’une charrette.

[4]En simplifiant une question très complexe, on peut affirmer que les occupations de l’espace et, par conséquent, les groupes de travail, ont été formés sur la base de l’origine géographique des acteurs sociaux. Les habitants de la région de Dakar se sont installés dans la partie de la décharge la plus proche à l’entrée et forment les groupes de travailleurs de Gouye-gui et d’Abord (qui se différencient à leur tour par type d’activité). Les travailleurs de la région de Diourbel (autrefois connue sous le nom de Baol) se sont plutôt établis dans une partie plus au cœur de la décharge.

[5]Faire un travail avec soin, essayer.

[6]Je n’ai jamais passé la nuit dans la décharge ni habité ses entourages, ni bu de l’eau ni mangé de nourriture produite sur place, surles conseils de mes interlocuteurs sur place.Devoir manger ou boire exclusivement de la nourriture ou de l’eau apportée de l’extérieur a limité le temps de recherche. Cette contrainteméthodologique nous a interrogé sur la perception que les récupérateurs ont de leur environnement de travailet de leur corps. La contamination de l’eau, de l’air et des aliments qui sont souvent cultivés dans les alentours est bel et bien vécue comme un danger. Cependant, ce qui est perçu comme risque pour les corps des récupérateurs et des récupératrices apparaît minime comparé au corps d’un toubab (blanc), comme le mien, perçu comme moins “habitué” à l’environnement de la décharge.

[7]Le nom utilisé est un pseudonyme choisi par mon interlocuteur.

[8]Les variables sont innombrables et difficiles à résumer. En général, elles dépendent du genre, du groupe d’âge, des relations sociales du récupérateur (fondées, à la fois, sur la base de « l’ancienneté », de l’origine géographique et ethnique) avec l’acheteur. Chaque récupérateur travaille de manière autonome et donc, bien que présenté en tant que groupe, ils n’ont ni la force ni la cohésion pour pouvoir imposer un prix fixe basé sur le poids ou la qualité du matériel des déchets récupérés. La même logique s’applique aux semi-grossistes et aux grossistes qui travaillent à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la décharge.

[9]Tente, lieu de stockage.